RetourLes_Indifferents.htmlLes_Indifferents.htmlshapeimage_2_link_0
RetourLes_Indifferents.htmlLes_Indifferents.htmlshapeimage_4_link_0


«Différents» et «In-différents»

Les Indifférents, c’est d’abord un chœur : «Les In-différents». Inspiré du chœur grec, il est composé de membres indifférenciés et sans identité propre. Un groupe constamment présent qui témoigne, narre, commente l’histoire qui se déroule sous nos yeux. Tour à tour malveillant ou révélateur, complice ou manipulateur, il est aussi la manifestation d’un état d’esprit, l’expression d’un concept discriminant, raciste, homophobe, … à l’égard des «Différents».

Les «Différents», eux, sont très caractérisés : une grosse, un bègue, un fumeur, un travesti et une noire. Une liste de personnages «comiques», un inventaire de clichés, ici transfigurés et traités, certes avec humour, mais dans leur sensibilité et leur complexité individuelle.

Cinq «Différents» pour cinq «In-différents» ; cinq personnages contre cinq non-personnages et finalement cinq acteurs sur scène en dédoublement constant, dans un huis clos théâtral où les coulisses sont proscrites.

L’intime différence

Certes, nos protagonistes souffrent tous, chacun à leur manière, de leur différence apparente. Mais ils s’y accrochent aussi, s’y dissimulent, en la rejetant ou la revendiquant, pour éviter de  faire face à leur vrai problème, plus inconscient, plus intime. D’abord tu, ou révélé au public par les «indifférents», l’intime va pointer le bout de son nez au détour d’une phrase, à mesure que les liens sociaux font place à l’amitié, l’amour, le respect. En se confrontant les uns aux autres, nos personnages finiront par s’abandonner à leur vérité profonde et par se révéler à eux mêmes. Ils parviendront ainsi à assumer une différence non plus apparente ou «alibi», mais intime et irréductible.

L’univers musical

Le choix du chœur et l’aspect «chorale» de la pièce a imposé d’emblée l’élément musical comme la clef du propos. Ici la musique doit refléter à la fois l’âme des personnages et le son du monde urbain et contemporain qui les malmène. A chaque «Différent» son style musical, du rock à la soul, en passant par la dance et la chanson française, le tout matiné de jazz et de comédie musicale à l’anglo-saxonne. La partition se doit d’être surprenante et multiple, diverse et inattendue dans ses mélanges, mais toujours homogène dans son rendu; à l’image de nos personnages et de leur histoire.


Camille Turlot  et Eric Szerman